Nutricosmétique: la beauté se mange

jeudi, 09. août 2018

Nutricosmétique: la beauté se mange

Cette beauté venue de l'intérieur n’est pas seulement un vieux truisme. Les scientifiques sont fermes à ce sujet : l’alimentation peut nous permettre d’être plus mince, en forme et en bonne santé. Les compléments alimentaires des cosmétiques nutritionnels favorisent des cheveux pleins de vitalité, des ongles forts et une peau plus ferme.

Le secret de beauté de Cléopâtre ? Un bain de lait et de miel. Aujourd'hui, on recouvre son visage de tranches de concombre pour raffermir sa peau, on tartine ses cheveux de purée d’avocat pour les renforcer, on utilise l’huile d’olive de notre cuisine à tout va en tant que soin antiâge.
Et ce qui fait autant de bien à l’extérieur, ne peut pas faire de mal en interne : audelà des masques et additifs de bain, les nutricosmétiques nous permettent désormais de manger ces “remèdes naturels miracles”. Ce n’est un secret pour personne, les crèmes, lotions & cie n’agissent qu’en surface : pour revitaliser les cheveux, renforcer les ongles et raffermir la peau, il est important de fournir à l’organisme interne des macroet micronutriments contribuant à la régénération cellulaire. Grâce à leur action ciblée, des compléments alimentaires soigneusement sélectionnés fournissent suffisamment d'antioxydants, de vitamines et de substances bioactives pour la peau.

Il ne s’agit naturellement pas d’une découverte : manger équilibrer et surtout boire suffisamment peut améliorer le teint, lisser la peau, renforcer les ongles et redonner brillance aux cheveux. Les chimistes ont découvert par exemple dans les carottes, les tomates, le cacao, le poisson et le thé vert, des substances qui protègent du soleil, atténuent les rides et apaisent les problèmes de peau sèche. Cependant, il suffit de jeter un coup d'oeil à notre alimentation quotidienne et notre consommation de boissons : on se rend rapidement compte qu’au lieu de consommer des fruits et des légumes frais, de l’eau et des infusions, nos estomacs sont remplis de viande, de charcuterie, de fromage et de boissons gazeuses des aliments très riches en substances indigestes et en composés phosphorés. Lorsqu’ils sont dégradés dans l’organisme, ils produisent alors des acides durs à assimiler par l'organisme humain. En outre, les aliments industriels que nous consommons en majorité sont bourrés de sucre, de graisses et de conservateurs, qui pèsent également sur notre organisme. Principalement parce que nous avons l'habitude d’avaler la nourriture trop vite, en trop grande quantité et sans aucune logique.

Une alimentation déséquilibrée et les régimes ne sont pas les seuls à être mauvais pour notre corps. Le stress, l'alcool, le tabagisme, les rayons ultraviolet et la pollution à l'ozone entraînent également un déséquilibre de notre intestin. Les aliments prédigérés ne peuvent pas être correctement digérés, et les vitamines, minéraux et oligoéléments encore moins utilisés. Le résultat ? Des résidus de dégradation indésirables, qui ont un impact négatif sur notre reflet.

La peau : un système d’alerte rapide

Imperfections, cellulite, rides ­ la peau est notre plus grand organe, et c’est également l’un des quatre principaux organes humains de détoxification avec le poumon, le foie et les reins. Par conséquent, elle représente un système d'alerte rapide et fiable, permettant de déterminer si le métabolisme cellulaire fonctionne normalement. Une alimentation déséquilibrée, combinée à d’autres facteurs négatifs comme une exposition excessive au soleil (rayons UV) ou à la fumée de cigarette, provoque le "stress oxydatif". Ceci conduit à une augmentation des radicaux libres dans l’organisme, qui peuvent alors affecter les fonctions cellulaires. La peau grise ou impure, les ongles cassants et les cheveux clairsemés sont des signes de cellules et structures tissulaires déformées, abîmées. Pour que notre peau conserve une apparence jeune et saine, non seulement une hydratation adéquate est nécessaire, mais également l’apport suffisant de nutriments antioxydants. Ceux­ci neutralisent les radicaux libres, soutiennent la régénération cellulaire et favorisent la fermeté de la peau ­ comme cela a été scientifiquement prouvé. Selon une étude réalisée par l’Allemand Charité, un régime riche en fruits et en légumes lutte contre le vieillissement cutané.

Les micronutriments des nutricosmétiques :

bien que la Nature nous offre beaucoup d’antioxydants présents dans les fruits et légumes frais, une alimentation équilibrée n’est pas toujours suffisante à la préservation de cellules saines et d’une apparence jeune, surtout dans le cadre d’une vie quotidienne trépidante. C’est là que les nutricosmétiques entrent en jeu. Ils
représentent une aide pratique et efficace, pour rééquilibrer le métabolisme des nutriments et préserver la beauté et la santé de la peau. Ils contiennent des substances naturelles et des antioxydants (comme la vitamine C, le zinc), qui passent du tractus gastro­intestinal dans le sang, atteignant ainsi la peau.

Les micronutriments les plus importants pour la peau, les cheveux et les ongles sont les suivants :

La biotine, l'acide pantothénique et la vitamine D

La biotine (vitamine H ou B7) et l'acide pantothénique (vitamine B5) sont ce qu’on pourrait appeler des “vitamines de beauté”. La première surtout, fonctionne comme un co­facteur dans le métabolisme énergétique, et est donc nécessaire au maintien d’une peau et de cheveux normaux. Elle est impliquée dans la synthèse de la kératine, qui assure une peau ferme, des cheveux et des ongles forts. La biotine contribue également à la fonction normale du système nerveux et psychologique. Elle est contenue entre autres, dans les épinards. L'acide pantothénique est important, notamment pour la production de vitamine D. Celle­ci, encore appelée "vitamine du soleil" a une fonction importante dans la division cellulaire, la production de kératine (protéine fibreuse) : elle a donc un impact sur la structure et l’élasticité de la peau et des cheveux.

Les vitamines E et C

La vitamine E antioxydante protège les cellules contre le stress oxydatif. Par ailleurs, elle est importante pour le maintien de la membrane cellulaire et par conséquent, pour la santé de toutes les cellules. La vitamine C est un co­facteur dans la formation du collagène (composant de tissu conjonctif). En
outre, elle contribue à la régénération de la vitamine E utilisée. Les vitamines E et C sont considérées comme une bonne protection contre le stress oxydatif provoqué par les rayons UV.

La vitamine A et le bêta­carotène

Une peau et des muqueuses normales et belles : c’est la vitamine A qui en est responsable. Les dérivés de cette vitamine ont longtemps été utilisés en cosmétique, car ils influencent la dégradation du collagène. La vitamine A est formée naturellement à partir du bêta­carotène (caroténoïde),
principalement connu pour être produit dans les carottes. On sait déjà que ce composant permet d’obtenir un léger bronzage sur la peau. En outre, la vitamine A contribue au maintien de la peau normale et joue un rôle dans la différenciation cellulaire.

Zinc

L'oligo­élément zinc se trouve principalement dans nos os, notre peau et no cheveux. Il contribue non seulement au maintien des ongles, de la peau et des cheveux normaux, mais protège également les cellules contre le stress oxydatif. Dans les aliments, on le retrouve principalement dans les fruits de mer. Cent grammes d’huîtres contiennent environ 86 mg de zinc, ce qui correspond à la plus haute teneur en zinc parmi tous les aliments. Mais qui mange les huîtres au quotidien ?

Extrait de bambou

Le bambou contient l'oligo­élément silicium, qui confère à cette élégante plante toute sa résistance.

L'acide hyaluronique et la CoQ10

L'acide hyaluronique est d'une importance particulière pour les nutricosmétiques. Il peut stocker 100 fois son propre poids en eau, ce qui en fait un "réservoir" naturel pour notre peau. Il contribue donc à l'élasticité cutanée, peut corriger l’apparence des ridules, et fixer l’hydratation dans la peau. La peau des bébés est lisse et très élastique, car elle contient une forte concentration d’acide hyaluronique. A partir de 35 ans, sa teneur en acide hyaluronique diminue cependant : la peau perd de son élasticité et les premières petites rides apparaissent. À l'âge de 40 ans, l’organisme ne contribue plus qu’à 40% de la production en acide hyaluronique et CoQ10, et à l’âge de 60 ans cela tombe à 10% environ.

Sélénium

L'oligo­élément sélénium contribue au maintien des ongles et des cheveux normaux.

Extrait de thé vert

Les célèbres flavonoïdes sont non seulement contenus dans le cacao et dans le vin rouge, mais également dans le thé vert. Ce dernier contient également la catéchine et l’épicatéchine.

Cure alcaline pour les peaux fatiguées

Grâce aux nutricosmétiques, les peaux ternes et fatiguées peuvent retrouver ce l’éclat. Ceci est dû plus particulièrement aux minéraux alcalins (basiques), que l’on absorbe avant tout via notre alimentation. L’absorption d'une poudre alcaline de qualité, en complément d’une alimentation équilibrée, apporte également des minéraux importants : deux à trois cures alcalines
dans l’année, riches en calcium, en potassium, en magnésium et en zinc, permettront d’améliorer l’apparence de la peau.

Les nutricosmétiques semblent prouver ce que nous avons toujours su : la beauté véritable et durable provient encore et toujours de l’intérieur !